Les senteurs du foin pour créer du lien ville campagne

  1. Le 29 novembre dernier, animé par Denis Cheissoux de France Inter et en présence d'Antoinette Guhl, adjointe à la mairie de Paris chargée de l'économie sociale et solidaire, de l'innovation sociale et de l'économie circulaire, L'Association Bio Normandie et le projet que je porte depuis plus de deux ans ont été récompensés dans le cadre de l'appel à projet "Solidarité Paris campagne". C'est pour moi la reconnaissance d' un travail acharné mené avec une toute petite équipe dont Marie-Dominique Tatard depuis la première heure et Mickaël Marie depuis quelques mois. Au delà de cette récompense, c'est surtout le tout début d'une nouvelle aventure qui ne demande qu'a se dupliquer.
  2. Si Paris et St Fraimbault ont été choisi pour expérimenter le projet, il va de soit que mon ambition est d'associer au plus vite l'ensemble des collectivités volontaires et sensibles au phénomène d'éloignement entre deux cultures dont il faut dès à présent mesurer les conséquences. Ce projet est né du constat que jamais la connaissance entre le monde de la production alimentaire et celui de ceux qui la consomme n'a été aussi éloignée. Fini le temps où un père ou une mère, une sœur ou un frère, un cousin ou une cousine pouvez encore parler de leur quotidien au cours d'un repas de famille ou des vacances à la campagne.
  3. Parce que ce projet va au delà du lien par l'alimentation, il se veut non clivant, en capacité d'associer collectivités territoriales et entreprises privées au sein d'un même club des partenaires à ABN. Par les actions que nous allons développer, il va aussi permettre un rassemblement d'associations, quelles soient culturelles, sportives ou de tout autre intérêts collectifs. Une occasion aussi pour construire un projet commun entre agriculture conventionnelle et agriculture biologique car si nous avons été des éclaireurs en portant la belle idée de la bio, il est de notre devoir que la lumière ne reste pas fixée sur nous mais éclaire l'ensemble des acteurs de l'alimentation.
  4. Voilà pourquoi je me suis permis d'offrir à Denis, Antoinette et sa directrice de cabinet ce foin qui nous est cher et qui permet de suite à ceux qui le reçoivent de faire ressurgir des souvenirs et senteurs d'un été à la campagne.